Témoignage de Dominique Kerouedan

 

Moi qui ne suis pas parisienne, j’ai découvert que j’aimais Paris : la ville livrée à elle-même, naturelle, belle, lumineuse, aux jardins fleuris, arbres libres, épineux épanouis, en ce printemps, et que c’est un privilège de l’histoire de voir la ville ainsi ; et découvert, donc en creux, ce que j’avais éprouvé de manière croissante depuis plusieurs mois : quelle pollution nous sommes les humains ! Quelle agitation et quel bruit nous dégageons ! Qu’avions-nous à courir ainsi sans même nous regarder ou nous parler ? Nous vivions dans un monde de fous ! Un monde d’esclaves, de nous-mêmes, de nos employeurs, de la mondialisation, de cette course poursuite à la consommation.

J’ai découvert que le plus difficile dans cette épreuve que nous traversons collectivement est celle qui nous touche individuellement : devoir nous tenir éloignés physiquement de ceux que nous aimons, ou pire, d’être obligés d’envisager que même nos bien-aimés, les plus chers et les plus proches, nos enfants, pourraient constituer pour nous un danger ! Quoi de plus à l’envers de nos élans naturels qui sont de nous prendre dans les bras, de nous étreindre, spontanément, tout simplement ?

Dans la solitude du confinement et en télétravail, je suis plus libre de mes horaires et plus disponible pour les partages bibliques animés par les pasteurs Christian et David, mais aussi pour la prière. Or les épreuves ne manquent pas autour de nous, de manière plus ou moins proche, et nous sommes appelés à compléter nos journées de travail ou d’étude, par un temps de méditation, une sorte de « veille » pour réconforter les personnes âgées, les personnes seules, mais aussi les collègues soignants qui souffrent de la maladie, de l’impuissance parfois, ou de l’épuisement.

Chaque jour je prie pour ces familles qui perdent leurs proches, mais je sais reconnaître aussi le Seigneur pour tous ses bienfaits, et si je reste confiante, malgré tout, dans l’avenir, pour l’Europe et le monde, c’est grâce à sa présence. Grâce à l’Esprit Saint.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire